APPROCHE DU COLEACP

10 PRINCIPES D’INTERVENTION

Appropriation locale

Pas de substitution aux acteurs locaux

Investissement dans l’expertise et les ressources humaines locales

Mise en commun des problèmes et solutions / Economies d’échelle

Intervention basée sur la demande / Partage des coûts

Approche participative

Coopération Sud-Sud

L’export comme facteur de modernisation

Relation structurée entre les opérateurs locaux de la chaîne de valeur

Accent transversal sur les jeunes et l’égalité des genres

Une approche durable basée sur 3 piliers : charte, formation et auto-évaluation

Ceci offre un cadre simple pour l’amélioration continue, en se concentrant sur l’analyse de cas afin que l’adoption de bonnes pratiques facilite non seulement l’accès au marché, mais aide réellement les fournisseurs à gérer des entreprises plus efficaces, plus rentables et plus résilientes. Ce cadre se compose de trois éléments centraux :

APPROCHE DU COLEACP À L’ÎLE MAURICE

STRATÉGIE

Sur la base de la situation actuelle du secteur horticole à Maurice, du retour d’information des missions effectuées en décembre 2017 et mai 2019 et des demandes de soutien reçues jusqu’à présent, la stratégie d’intervention pour Maurice a plusieurs objectifs :

  • Soutenir les producteurs horticoles qui vendent sur les marchés locaux et régionaux pour les aider à se conformer aux exigences concernant principalement les questions de sécurité alimentaire ;
  • Soutenir les entreprises, y compris les structures de transformation, pour qu’elles deviennent plus compétitives en examinant et en conseillant leurs pratiques de gestion ;
  • Soutenir les entreprises qui sont déjà sur le marché de l’exportation afin de les aider à se conformer aux exigences et aux normes en matière de sécurité sanitaire des aliments et de durabilité ;
  • Conseiller les autorités compétentes sur la manière de mettre en œuvre un système national de sécurité alimentaire et de se conformer aux exigences SPS de l’UE, en mettant l’accent sur le nouveau règlement phytosanitaire de l’UE.

En fonction de la cible, les thèmes abordés sont axés sur :

  • Sécurité sanitaire des aliments et exigences SPS (réglementations et normes privées)
  • Gestion des parasites et des maladies conformément à l’initiative nationale pour la réduction des pesticides (agriculture intelligente) et conformément aux exigences de l’UE et au nouveau règlement de l’UE sur la santé des végétaux
  • Analyse des risques et audit interne
  • Pratiques de gestion, avec un accent sur l’accès au financement
  • Exigences des marchés aux niveaux national, régional et international

Bénéficiaires visés

Entités de production/transformation et d’exportation, prestataires de services, associations et coopératives, autorités compétentes.

MODE DE FONCTIONNEMENT

Support technique, formations sur site et collectives, formation de formateurs. L’objectif est de renforcer les capacités internes et les systèmes de formation internes.

Les activités du COLEACP pour le secteur horticole mauricienne seront mises en œuvre soit globalement (par exemple en soutenant les questions SPS), soit individuellement (en soutenant le projet de développement d’une entreprise individuelle). Le cas échéant, les bénéficiaires mauriciens seront invités à participer à des sessions de formation collective organisées au niveau régional.

Depuis le début du programme FFM, 7 demandes d’appui ont été reçues et 4 protocoles d’entente ont été signés. 4 demandes d’entreprises privées actives sur le marché local, une coopérative d’ananas visant le marché de l’exportation, deux cabinets de consultants et la Chambre d’Agriculture de l’île Maurice.

En mai 2019, une réunion de travail avec l’Office national de la protection des végétaux (ONPV) a été organisée pour présenter le programme FFM-SPS et les possibilités de collaboration dans le cadre du nouveau programme ont été détaillées. L’aide concrète, si elle est demandée par l’ONPV, sera structurée en fonction des besoins identifiés.
Dans le cadre de ces interventions, le renforcement du dialogue public-privé est également une priorité.

PARTENARIATS

Le développement de partenariats est un moyen de garantir l’utilisation efficace des fonds et la non-duplication, c’est aussi une façon de répondre aux demandes de types d’aide qui dépassent le cadre et les attributions actuelles du COLEACP.

Des partenariats opérationnels n’ont pas encore été initiés à Maurice mais des contacts ont été pris avec la Délégation de l’Union européenne : des informations ont été partagées concernant l’environnement commercial du secteur horticole ainsi que les opportunités régionales au sein de la Commission de l’Océan Indien (COI) et avec les programmes régionaux.

Translate »